Football: 1/32e de coupe de France: Nantes se qualifie 0-2 à Bayonne.

0
55

Le FC Nantes s’est qualifié 0-2 sur la pelouse de Bayonne, lors des 1/32e de finale de la coupe de France face à une Nationale 3. Des Bayonnais qui ont su résister devant les pros de Ligue 1. Un but de Coulibaly dès la 13e minute mais il aura fallu attendre les arrêts de jeu 90+4 pour voir les canaris inscrire le second but.

Christian Gourcuff, entraîneur du FC Nantes

« On cherche d’abord la qualification. Ce type de match peut être un traquenard. Il y avait tous les éléments pour que ce soit le cas cet après-midi. Une pelouse très difficile qui ne favorise pas la circulation du ballon. Ce sont des matches tendus. Si on n’arrive pas à faire la différence au tableau d’affichage, l’adversaire espère toujours. Si l’arbitre avait validé le but de Moses Simon, ça nous aurait épargné une fin de match un peu tendue. Le deuxième but vient ensuite un peu tard.
Ce sont des matches de reprise. On souhaiterait évidemment davantage de maîtrise, de sérénité et d’efficacité, parce qu’on ne s’est pas créé énormément d’occasions.
Il y a de l’application, mais ça ne suffit pas, surtout sur un terrain comme ça. S’il n’y a pas de vitesse, c’est très difficile de créer des déséquilibres. Il faut de la percussion, de la vitesse par des initiatives individuelles et peut-être un jeu un peu plus direct qui dépend aussi des appels. On est restés à la merci de l’adversaire parce qu’on n’a pas pesé suffisamment offensivement. Par moments, on était dans le contrôle du match, mais ce n’est pas suffisant.
On savait très bien que ce type de terrain demande une adaptation, qu’on n’a pas su faire, avec des hésitations sur le plan défensif. Il faut être très pragmatique sur un terrain comme ça.
Kalifa Coulibaly, c’est pour le moins une élongation. Ce sont des matches usants car débridés, sur des terrains comme ça. C’est embêtant dans une période de reprise.
J’ai aligné la meilleure équipe à mon sens au départ du match. Simon Moses est arrivé malade et je pense qu’il ne pouvait pas tenir 90 minutes. Son entrée a dynamisé le secteur offensif.
Brigde Ndilu est un jeune qui s’entraîne avec nous, qui n’a pas encore eu l’opportunité de jouer. Il faut donner la chance à chacun. C’est un encouragement et c’est comme ça qu’on avance. Il y a eu Elie Youan avant… il ne faut pas qu’ils s’arrêtent à ça. C’est à eux de forcer les portes. Bridge est très adroit devant le but. Il est athlétique, il pèse. Il a encore beaucoup de choses à apprendre dans le jeu collectif, notamment dans les déplacements.
Il n’y a pas beaucoup d’enseignements à tirer sur le plan individuel dans ce genre de match. L’équipe a été appliquée tactiquement, même trop. On est tombés dans un jeu trop latéral. Ce sont des automatismes difficiles à rompre. »