Le Nantes Rezé Basket sauve sa saison lors de l’ultime rencontre face à Mondeville

0
382

 En s’imposant dans les ultimes minutes, 54-49 contre Mondeville, les joueuses du (NRB) Nantes Rezé Basket ont sauvé une saison perturbée par de nombreuses blessures et la mise en retrait de leur mentor Emmanuel Coeuret et de son adjoint Stephane Jarnoux.

(Photo Laury Mahé)

En LFB (Ligue Féminine de Basket) depuis 2008, les Nanto-rézéennes ont certainement vécu la plus difficile saison depuis leur accession. En effet après une longue suite de qualification pour les coupes européennes, cette saison s’est ponctuée par des Play-down où il fallut attendre la dernière rencontre, voire les dernières minutes de la saison 2018-2019 pour reconduire le bail au plus haut niveau du basket féminin français.

Battues en ouverture de la saison lors de l’Open 2018 par Lattes-Montpellier, les Déferlantes peinaient à trouver leurs marques lors de la première moitié du championnat, 4 victoires pour 11 défaites), terminant toutefois l’année 2018 sur deux succès éclatant en déplacement dans l’enfer breton de Landerneau puis, avant la trêve des confiseurs, en s’offrant le Lyon de Tony Parker, en ayant par ailleurs obtenu leur qualification pour les 16ème de finale de l’Europacup.

Des blessures successives!

Malgré tout, les deux premiers mois de 2019 allaient être catastrophiques avec les blessures successives de deux piliers de l’équipe, Maud Medenou puis Briana Day soient les deux tours du rebond Nanto-rézéen. Les cinglants revers qui s’en suivirent à domicile contre Mondeville puis en Vendée contre les Yonnaises, amenèrent le coach Emmanuel Coeuret et son adjoint à proposer leur retrait pour le fameux « choc psychologique », ce qui n’empêcha pas l’équipe, désormais drivée par Aurélie Bonnan secondée par Alexandre Taunais, d’essuyer 3 défaites en autant de rencontres. Mais cela aura permis aux « coaches-pompiers » de préparer les Play-down avec l’arrivée d’un joker médical, mais aussi la blessure de Michaela Stejskalova.

Le challenge était connu, il fallait à minima gagner 3 des six rencontres au regard des classements et des performances de leurs adversaires, le Hainaut, l’ESBVA et Mondeville. Faute d’avoir pu décrocher une victoire à l’extérieur, c’est à la Trocardière que les protégées du président Jan Pierre Ciglia ont obtenu leur maintien en réalisant un sans-faute. Certes! peu flamboyant mais suffisant pour rester en LFB et continuer d’être le porte-drapeau d’un basket féminin départemental reconnu tant par sa quantité que par sa qualité.