Interview – Daniel Bréard : « Je ne regarde pas derrière nous… » 

0
561

Neuvième à 9 points du leader, Saint-Nazaire Atlantique Football (DH) en recherche de stabilité, a connu une première partie de championnat de Division d’Honneur compliquée. Pas de quoi inquiéter Daniel Bréard, son manager général.

Le club est en mauvaise posture au classement, l’objectif de la montée est-il toujours d’actualité ? 

Daniel Bréard : « Evidemment. Le championnat est serré. Si vous regardez bien, nous ne sommes qu’à quatre points du deuxième, Saumur. On peut vite se retrouver en haut du classement à la faveur d’une bonne série de résultats. Nous n’avons rien à envier aux équipes de tête. En tout cas, je ne regarde pas derrière nous ».

Le SNAF a parfois eu de grosses difficultés contre des adversaires modestes. On pense à la rencontre contre Rezé, lanterne rouge (0-0). Qu’est-ce qui ne fonctionne pas ? 

« Nous avons eu notre lot de blessures. Il a fallu continuellement reconstruire l’équipe. Aujourd’hui il faut que l’on trouve de la stabilité sur toutes les lignes. J’ai un effectif jeune à ma disposition donc il manque parfois de la maturité aux joueurs pour aborder certains matchs ou faits de jeu. On doit désormais avancer mais je ne suis pas inquiet car les joueurs progressent  ».

« Tout le monde aimerait pouvoir produire un jeu léché à une touche de balle au sol, croyez-moi… »

 

L’élimination au sixième tour de coupe de France par la Chapelle-sur-Erdre (1-1, 4-2 TAB) restera comme la grande déception de cette première partie de saison…

« La coupe de France n’était pas un objectif prioritaire même si on rêve toujours d’aller le plus loin possible. Mais encore une fois, contre la Chapelle-sur-Erdre, il n’a pas manqué grand-chose, d’autant que nous avons largement dominé le match. Ça s’est joué sur des petits détails. Peut-être que le manque de maturité a contribué à ce résultat ».

Que répondez-vous aux critiques sur le jeu pratiqué par votre équipe qui s’évertue parfois à sauter les lignes avec des longs ballons ? 

« Je compose avec les joueurs que j’ai en ma disposition au moment présent. Nous n’avons que rarement pu nous reposer sur une équipe type. Dès que nous aurons plus de stabilité, on pourra produire davantage de jeu. Tout le monde aimerait pouvoir produire un jeu léché à une touche de balle au sol, croyez-moi… »

Clément Cadiet